• Mercredi 8 février, les conseillers municipaux ont discuté des orientations budgétaires 2017 pendant 2h30. Nos élus sont intervenus pour interroger la majorité sur les choix qu’ils annoncent et pour présenter quelques pistes à creuser.

     

    -          Orientations budgétaires 2017 : navigation à vue … et manque d'ambition pour la fin de mandat

    Thierry Montalieu a commencé par pointer les principales caractéristiques des orientations budgétaires de la majorité et par proposer des pistes de travail.

     

    -          Vers une nouvelle réduction des effectifs ?

    Les prévisions de la majorité concernant la masse salariale auront-elles des conséquences sur les services rendus à la population ? C’est la question posée par Jacques Drouet.

     

    -          Vidéoprotection et armement de la police municipale

    Sur les questions liées à la sécurité, Dominique Dessagnes est revenu sur la décision de la majorité d’engager 70 000 euros pour le développement de la vidéoprotection. L’armement de la police municipale a aussi été évoqué.

     

    -          Quels aménagements pour notre ville ?

    Jean-Frédéric Ouvry a regretté, dans les orientations budgétaires de la majorité, l’absence d’un certain nombre de projets, tels l’aménagement de la place de la gare, la rénovation du centre-ville, etc. 

     

    -          Retour sur les budgets de l’eau et de l’assainissement 2017

    Les orientations des budgets de l’eau et de l’assainissement 2017 ont également été discutées. Jean-Frédéric Ouvry a exprimé notre position.


    votre commentaire
  • Le Conseil Municipal du 8 février a été l'occasion d'une longue séance d'échanges, surtout animée par vos élus de « La Ferté Saint-Aubin, une ville pour tous ». Grâce à un travail de qualité des services financiers de la commune, de nombreux points ont pu être abordés. Paradoxalement, la présentation d'une projection pluriannuelle a permis de voir que l'année 2017 sera la seule véritable année d'investissement nouveau par l'actuelle majorité municipale avec la concrétisation de l'Espace Sportif et Associatif (ESA) dont les grandes orientations étaient arrêtées depuis le second mandat de Philippe Froment et de son équipe. Après cela, c'est « fermez le ban ! » jusqu'en 2020 et pilotage à vue.

     

    Côté recettes, nous commençons à payer la volonté de ne plus accueillir de nouveaux Fertésiens dans notre ville.

    Sur la question des recettes, la présentation évoque la faible dynamique des rentrées fiscales. Nous craignons qu'il ne s'agisse là des premières conséquences de la stratégie de stagnation démographique voulue par la majorité pour des raisons purement électoralistes et démagogiques. De nombreuses études indiquent que si une commune n'accueille pas au moins 1% de nouveaux habitants chaque année, alors on assiste à une érosion de l'assiette fiscale, ce qui ne manque pas à terme de poser le problème du financement des services à nos concitoyens, du maintien du  nombre de classes dans les écoles et de l'entretien de nos équipements collectifs. Le choix de freiner tout nouveau projet d'urbanisme va de fait nous coûter cher par l'absence de dynamisme.

     

    Une épargne qui ne pourra se restaurer qu'au prix d'une forte contraction des frais de personnel et d'une nouvelle réduction des services.

    Concernant la capacité d'épargne de la commune, nous remarquons qu'elle atteindra en 2017 son niveau le plus bas depuis de nombreuses années. La projection pour les années suivantes table sur une remontée sensible. Si cela ne vient pas d'une augmentation des dotations de l’État ou des impôts collectés, cela ne peut venir que d'une nouvelle contraction massive des dépenses de fonctionnement et de personnel jusqu'en 2020. La majorité peut-elle nous éclairer sur ce point ?

     

    Des investissements au total peu ambitieux et largement préparés avant 2014 ...

    Les documents proposés montrent que l'investissement va rester à un niveau assez élevé en 2017 sous l'effet du lancement des travaux de l'ESA qui était un projet largement préparé avant 2014. Nous faisons aussi remarquer que l'investissement important des années 2014-15 est le résultat des décisions prises par la majorité précédente à propos du nouveau centre périscolaire. Cette observation est là pour souligner que de tels projets prennent naturellement du temps à émerger et à se finaliser. Ce qui est inquiétant, c'est que la fin de mandat n'anticipe qu'un faible niveau d'investissement, tout juste suffisant pour un entretien minimum de nos espaces collectifs. Aucun projet supplémentaire sur les rails, c'est l'assurance qu'il ne se passera rien de plus d'ici 2020.

     

    Un endettement raisonnable grâce aux efforts entrepris depuis … 2010

    Enfin, nous constatons que la situation de la dette de notre commune est saine. C'est le cas aujourd'hui, mais c'était aussi le cas en 2013-14 comme le montrent les propres informations transmises par la majorité. Le désendettement de la commune engagé depuis 2010 et qui a été poursuivi permet aujourd'hui d'envisager sereinement un nouvel emprunt pour financer l'Espace Sportif et Associatif. Nous nous réjouissons que Madame de Pélichy et son équipe partagent dorénavant notre point de vue d'un recours nécessaire et maitrisé à la dette pour accompagner le développement des équipements de notre ville. On peut même penser raisonnable un prêt complémentaire d'ici deux ans, à condition biens sur d'avoir des projets...ce qui ne semble pas le cas dans la programmation de fin de mandat. Par contre, aucune décision n'est prise concernant l'emprunt à risque encore dans la dette communale. Face aux incertitudes économiques mondiales, il sera judicieux d'en sortir rapidement. S'il nous a fait économiser des moyens jusqu'à présent, rien n'indique que ce sera toujours le cas.

     

    Pourtant d'autres choix sont possibles et nous l'avons rappelé ces derniers mois lors des conseils.

      Nous n'étions pas obligés de financer une nouvelle étude pour le contournement de la ville quand nous savons déjà que de trop nombreux camions traversent par la RD2020 et que l'option de l'autoroute reste la plus pertinente.

         Nous n'étions pas obligés de nommer un adjoint de plus, en charge de la sécurité dans une commune comme la nôtre avec une indemnité légitime mais malgré tout supplémentaire. La conséquence logique est qu'il faut aujourd'hui justifier son action par un programme de vidéosurveillance et d'armement de la police municipale (pour 76 000 euros en 2017).

       En contrepartie de ces économies faciles, nous pouvions maintenir l'effort budgétaire vers les associations si utiles au lien social et ne pas « mégoter » sur les étrennes des anciens, autre symbole de solidarité.

         Nous pourrions aussi être plus offensif à l'échelle intercommunale tant les mutualisations possibles dans le secteur culturel et périscolaire (pour ne citer que ces deux exemples) seraient sources d'économie potentielle et d'un meilleur usage de nos ressources humaines.

             Enfin, il est grand temps de revenir à une stratégie moins défensive vis à vis de l'accueil de nouveaux Fertésiens mais aussi d'offrir la possibilité aux jeunes de la commune de trouver des logements sur place. Ce n'est pas l'installation d'une trentaine de foyers par an qui va déséquilibrer le profil « rural et urbain » de notre ville. Si des personnes souhaitent s'installer à La Ferté Saint Aubin c'est peut-être pour son caractère solognot mais c'est aussi pour bénéficier des avantages d'une ville-centre à quelques kilomètres d'une grande agglomération.


    votre commentaire
  • Les services rendus à la population seront-ils moindres si la majorité décide d’appliquer ses prévisions sur la masse salariale de la commune ? C’est la crainte qu’a formulé Jacques Drouet à l’occasion du débat d’orientations budgétaires.

     

    Résumé de l’intervention de Jacques Drouet

    « Pour tenter de répondre à la maitrise de la masse salariale vous avez supprimé, depuis 2014, 10,5 ETP (équivalent temps plein) et vous annoncez un effort supplémentaire dans le cadre d’une réorganisation des services suite à des départs d’agents. Vous dites, par ailleurs, mener une réflexion sur les conséquences d’un ajustement plus drastique de la masse salariale qui pourrait conduire à une remise en cause des services rendus à la population. Dans ce cas pouvez-vous nous préciser quels services seront concernés et envisagez-vous une externalisation des missions dévolues aux services que vous souhaitez restructurer. »

     

    Aucune réponse concrète n’a été apportée.


    votre commentaire
  • Le niveau d’investissement du budget 2017 est directement impacté par la construction du nouvel Espace Sportif et Associatif. Jean-Frédéric Ouvry s’est interrogé sur l’apparent manque de projets d’urbanisme de la majorité pour la fin de mandat.

     

    Résumé de l’intervention de Jean-Frédéric Ouvry

    « Sur les investissements, nous ne voyons pas de ligne claire concernant l’aménagement de la ville. Nous ne trouvons pas la poursuite de la déviation pour laquelle vous avez engagé des frais d’études conséquents. Nous ne voyons toujours pas d’inscrit au programme le début des aménagements des abords de la gare, aménagement qu’attendent les Fertésiens. Vous ne saisissez pas l’opportunité qui nous est offerte de porter une rénovation du centre-ville avec la maitrise foncière de l’ancienne Gendarmerie, de la maison Besse rue de Rivoli, du foyer Richet. Il serait opportun d’inscrire dans ce budget une opération permettant de moderniser et de rationaliser les commerces et de créer du logement de centre-ville. Nous ne trouvons pas d’études sur d’éventuelles opérations urbaines permettant la création de nouveaux logements garants. Nous vous rappelons qu’un développement maitrisé de la construction est le garant d’une dynamique fiscale nécessaire. »

     

    En réponse, Constance de Pélichy a affirmé qu’une grande discussion serait engagée avec les Fertésiens sur les choix à prendre concernant un éventuel contournement. Nous regrettons que plusieurs mois après être arrivé entre ses mains, Madame le Maire n’ait toujours pas communiqué à notre groupe les conclusions de cette étude, et qu’il ait fallu attendre une question de notre part en plein débat d’orientations budgétaires pour qu’elle renseigne les Fertésiens des dernières informations sur un sujet ô combien important.


    votre commentaire
  • Les caméras de vidéoprotection arrivent ! Alors que, dans un premier temps, M. Gauguin, adjoint à la prévention et à la sécurité, avait affirmé que les premières caméras seraient installées au complexe sportif avant de discuter d’un éventuel déploiement sur les voies publiques, la majorité a complètement changé son fusil d’épaule en annonçant le 8 février qu’aucune caméra ne serait installée au complexe (qui sera clôturé) mais que deux caméras seraient placées aux entrées de ville. Mais où en est l’audit voté il y a quelques semaines ? Qu’en est-il de la prévention, absente des discours de M. Gauguin ?

     

    Résumé de l’intervention de Dominique Dessagnes

    « Dans les orientations d'investissement pour 2017, et dans le domaine de la sécurité, vous nous proposez un investissement de plus de 100 000 € d'équipements. Vous citez l'installation d'une clôture autour du complexe sportif, en y voyant l'intérêt d’interpeller plus facilement d'éventuels fauteurs de troubles, et vous citez également l'installation de caméras en entrées et sorties de ville dont vous dites qu'elles permettraient une meilleure identification des véhicules passés. Nous constatons que les usages décrits de ces équipements ne sont que des usages a posteriori d'éventuels actes de délinquance, et nous rappelons notre souhait de mise en place de réelles actions de prévention, actions dont on sait qu'elles sont les plus efficaces dans ce domaine. »

     

    Dans le même temps, Madame le Maire a annoncé sa volonté d’armer la police municipale. Un vrai débat est nécessaire sur la pertinence d’une telle décision.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires