• Orientations budgétaires : "ne pas faire ce que l'on a promis et faire ce qui n'a pas été dit"

    Le conseil municipal du 11 mars présentera le second budget de l'ère « Pélichy » et le dernier Conseil Municipal a été l'occasion du débat d'orientations budgétaires.

    Ce qui est frappant, c'est de noter les évolutions de langage entre les propos démagogiques de la campagne 2014 et l'obligation de pragmatisme maintenant que cette équipe se doit de gérer notre ville. Il suffit de prendre trois exemples pour illustrer ce changement.

     

    1) La dette : toxique ou utile ?

    Concernant la dette, désormais, on ne parle plus d'emprunt toxique. Pendant la campagne, la liste de Constance de Pélichy a usé et abusé de ce terme. Mais maintenant, on parle de provisions pour risque sur la dette (ce qui est le bon terme aujourd'hui comme avant). En clair, la majorité a finalement reconduit la politique de gestion de la dette de la municipalité précédente. Le coût de la dette inférieur de moitié aux communes comparables (1,8% de taux d'intérêt moyen contre 3,8% ailleurs) souligne, s'il le fallait encore, le sérieux de nos choix passés. Était-ce si terrible jusqu'en 2014 pour finalement poursuivre la même trajectoire ? A la lecture des documents de campagne, nous devions comprendre que le désendettement était la priorité absolue … Vade Retro Debitum !

    La vérité est que la majorité sait aujourd'hui que si notre capacité d'épargne permet de financer les travaux d'entretien quotidien, les nouveaux projets indispensables au dynamisme de notre ville nécessiteront forcément un peu d'emprunts nouveaux. Nous l'avions écrit en toute transparence dans notre profession de foi, la majorité va devoir s'y résoudre au risque de ne rien entreprendre durant son mandat. Elle parle donc d'y recourir modérément en espérant que ce changement radical ne se voit pas ...

     

    2) La masse salariale : réduction ou dérive ?

    Sur ce sujet encore, quel changement entre les écrits de janvier-mars 2014 et la réalité aujourd'hui observée ! La réduction des dépenses de personnel devait être l'alpha et l’oméga de la nouvelle politique budgétaire. Il fallait trancher sans état d'âme dans ces dépenses, suspectes par définition quand on parle d'emploi public.

    L'exercice 2015 a déjà montré que le pilotage est complexe car malgré quelques non-renouvellements de poste, la masse salariale aura augmenté de 0,6% l'an dernier. Les prévisions 2016 indiquent +2,4% dont une part significative est liée à des choix d'organisation de la majorité municipale. Renforcer la technicité du pôle Ressources Humaines des services est peut-être souhaitable mais cela passera par le recrutement d'un cadre A+ supplémentaire, ce qui n'est pas si fréquent pour une ville de notre dimension. Dire une chose et faire son contraire ...

     

    3) Les projets d'investissement : ça démarre enfin ou la stratégie du coucou

    Sur ce sujet encore, nous n'aurons pas la cruauté d'insister sur le vide abyssal du programme majoritaire. Mais finalement procéder à des inaugurations de projet que d'autres ont pensé, instruit et financé est un temps confortable, mais cela ne dure pas. Comment faire pour avoir des idées quand on n'en a pas … Pas de problème, l'équipe précédente avait laissé dans les cartons des études, des pré-projets sur la restructuration du BAF, sur les abords de la gare ou sur la ZAC Est. Il suffit de reprendre tout cela à son compte en expliquant que c'était une promesse de campagne (où et quand ?) ou en affirmant que d'implanter quelques logements dans les « dents creuses » de Vinauger était un engagement pris devant les Fertésiens (pincez-nous, nous rêvons).

    Comme les délais de conception et de mise en œuvre des équipements collectifs sont parfois plus long que prévus, nous prenons solennellement l'engagement de citer avec élégance Mme de Pélichy et sa majorité si nous devions inaugurer le nouveau « complexe sportif et associatif » après 2020 …

    « Dérapage contrôlé ou sortie de route ?Conseil Communautaire mardi 8 mars »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :